Le vent se lève …

Le vent se lève …

Après avoir vécu un épisode de crise comme nous n’en avions jamais connu, la normale (ou presque) est de retour. 

La normale ? Nous pourrions nous poser la question de ce qu’est la normale. Du moins dans le tourisme. La normale d’avant est-elle toujours souhaitable ? D’autres que moi se chargent de diffuser leur avis sur les réseaux. 

La normale pour moi est avant tout la libre circulation des personnes leur permettant de venir jusqu’à moi !

Je débute en tant que formateur en école de croisière. Mes objectifs sont de faire connaître au plus grand nombre le milieu marin. Car plus les gens connaissent, plus ils protègent. De sensibiliser à ce que nous mangeons, à la manière dont nous nous déplaçons, aux produits d’hygiène que nous utilisons – souvent trop nombreux, alors qu’un simple savon suffit pour tout -, aux produits de protection solaire nocifs pour le milieu marin…

Partager et faire découvrir l’océan et ses richesses, voilà ce que je m’apprête à faire durant toute la saison qui s’étalera jusque fin octobre …

19 juin – arrivée en train des 1ers voyageurs

Hansjörg et sa nièce, Sophie, sont arrivés en train depuis Bâle, en Suisse. Je suis allé les chercher à la gare de Vannes pour les emmener jusqu’au Bono, lieu de mouillage de Toani. Arrivés là, tout le monde embarque à bord de mon annexe. L’ambiance est déjà là !

Chacun prend possession de sa cabine, range ses affaires. Je leur explique les travaux que j’ai réalisé cette année, car Hansjörg est déjà venu l’année passée sur le bateau. Les ultra-sons pour pallier aux peintures antifouling biocides (en test), le changement de mât et taud de descente, les bastaques textiles pour plus de légèreté…

Mais ce n’est pas le tout… Hansjörg n’a qu’une envie : naviguer ! L’objectif de son séjour : faire 300 miles. C’est beaucoup pour une semaine. Nous partons alors dès le soir, à l’heure où la marée descend, pour que le courant nous accompagne vers la sortie du Golfe du Morbihan. Direction Quiberon. 

Cette fois arrivée au mouillage vers 22H30, il est grand temps de manger (des pâtes!) puis de se reposer.

camaret

Une semaine de navigation intensive ...

1er jour de navigation : En ce samedi matin, pas de grasse matinée. Nous nous levons à 5h. Ça pique ! 

Départ du mouillage à 6h, nous prenons la route vers Audierne. 12h30 de navigation et 80 miles parcourus. Le vent était de Sud Ouest. Grand voile et génois sortis, Toani avançait bien.

Nous arrivons au mouillage à 18h30. La mer n’est pas l’élément de Sophie qui reste dans sa cabine pour se reposer. Demain, la journée de navigation sera plus courte afin que nous puissions marcher un peu à terre.

Pour le repas du soir : courgettes à la féta à la façon Jean-Jacques. Les courgettes sont mi-cuites à la poêle, pour rester légèrement croquantes. Elles sont servies tièdes, assaisonnées d’une marinade, citron, huile d’olives, ail, gingembre, menthe. C’est un succès !

2ème jour : Après une bonne nuit de repos et un petit déjeuner copieux (pain d’épeautre aux graines Bio fait sur le bateau et confitures “maison”, fruits, fromage blanc de brebis, graines en tout genre…), nous repartons. Direction Camaret cette fois. Le temps est ensoleillé et le vent souffle. Au passage du raz de Sein, c’est mouvementé mais rien de bien méchant. Le gilet et le harnais sont cependant de vigueur. Nous passons tranquillement. 

Arrivée à 15h55 au port de Camaret. Nous allons à terre. Une bonne glace s’impose !

De retour au bateau, Sophie souhaite s’initier à la godille. Super, allons-y !  Après l’initiation, je continue à me défouler avant d’aller préparer le repas du soir.

Ce fût une bonne journée occupée et variée.

3ème jour : Sophie reprend des couleurs après cet intermède à terre hier. Nous prenons un petit déjeuner sur Toani, avec des amis qui vivent à Camaret et que j’ai rencontrés aux vendanges chez Olivier COUSIN, vigneron « nature » basé à Martigné-Briand dans le Maine-et-Loire (49).

Le départ est un peu tendu. Le vent nous plaque contre le quai. La situation nécessite de faire un départ sur garde avant pour se décoller. On pose une garde de l’avant du bateau au quai, au niveau de l’arrière. On met le moteur en marche avant, en tournant la barre vers le quai. Petit à petit l’arrière s’écarte du quai et libère de l’espace pour partir en marche arrière, au grès d’une molle (vent mollissant). Manœuvre réussie ! 11h, en route pour Ouessant. 

Nous passons par l’extérieur de l’île de Molène. Pour les connaisseurs, nous avons sortis le spi entre les Pierres vertes (plateau rocheux sous Molène) et le phare de la Jument. L’arrivée dans la baie de Lampaul, au sud-ouest de Ouessant, était un peu impressionnante. Une mer très mal rangée et un fort courant traversier nous ont un peu tendu.

16h43 au mouillage. Nous sommes allés à terre voir la façade du studio de Yann Tiersen et boire un verre en face de la baie. Ce soir, c’est dalh de lentilles corail à bord… il n’en reste pas une miette !

4ème jour : L’heure de la route du retour à sonner si nous voulons être au Bono jeudi soir.

Nous partons tôt ce matin pour faire une pause en début d’après-midi abrité dans la baie de Douarnenez pour attendre la renverse (la marée descendante).

Nous reprenons la navigation à 19h. Le vent n’est pas au RDV. Nous sommes obligés d’allumer le moteur jusqu’à 23h. Un vent d’est se lève ensuite pour nous amener jusqu’à Belle-Ile. Le ciel est magnifique. C’est une très belle navigation de nuit. Un couple de dauphins nous a même accompagné un moment.

5ème jour : … Arrivée à 9h30 au Palais après cette nuit de navigation. Trop de monde, trop chaud. Nous repartons au mouillage à la pointe du Gros Rocher.

Nous restons toute la journée. Au programme, sieste, baignade, bricolage à bord…

6ème jour : Jeudi, dernier jour de navigation. Avant de repartir, nous allons faire quelques courses au Palais : viande hachée pour steaks tartare et des fruits. Nous prenons ensuite la direction du Golfe du Morbihan. 

Le temps est ensoleillé mais le vent fait des caprices. On lance le moteur. Puis le vent se reprend pour nous offrir une belle traversée de la baie de Quiberon sous spi.

Nous arrivons en début de soirée au mouillage au Bono. C’est l’heure de fêter dignement l’anniversaire de Sophie…Quel timing ! Ce fût une très belle soirée.

7ème jour : Et voilà, il est temps de rentrer. Hansörg et Sophie reprennent le train à Vannes à 8h30. Les poumons remplis d’air iodé !

Je dis à bientôt à Hansjörg que je revois 15 jours à partir de fin septembre pour un nouvelle navigation avec Niko, un autrichien. Il est définitivement passionné de la voile et de Toani, et j’en suis ravi ! 😉 

De mon côté, heureux de cette semaine passée à naviguer, je retourne sur le bateau, nettoyer et ranger avant l’arrivée des prochains voyageurs. Pour de nouveaux objectifs. Pour un nouveau programme !

A très vite pour de nouveaux périples !

Portez-vous bien

Pierre